Vous êtes ici

Prise en charge des personnes en situation de handicap en Belgique

Nous accueillons tout type de public et sans distinction.

Si vous êtes en situation de handicap, vous pouvez être amené à avoir besoin d’un accompagnement spécifique ou d’une aide adaptée.

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions et de nous assurer que les moyens mis en place durant la formation soient adaptés à vos besoins spécifiques, vous pouvez contacter notre référent handicap, Cindy Michiels par téléphone au +32 (0)2/347 06 27 ou par mail : cindy@physicalcoachig.com.

1. Accessibilité des organismes de formation

L’accessibilité d’un organisme de formation constitue l’ensemble des moyens matériels et humains mis en œuvre pour permettre à tous, et notamment aux personnes en situation de handicap de bénéficier pleinement d’une action de formation. L’accessibilité d’un organisme de formation signifie par exemple :

- L’accès physique aux locaux de formation ;

- Une information claire sur les modalités de formation et d’évaluation adaptés au handicap ;

- La sensibilisation au handicap des personnels, des apprenants, des entreprises, etc.

2. Les différents types de handicap

2.1 Le handicap moteur

Le handicap moteur peut toucher un membre ou l'ensemble du corps.
Ainsi, les personnes atteintes de ce handicap se déplacent soit debout en s'aidant d'une ou deux cannes, de béquilles, d'un déambulateur ou encore en fauteuil roulant.
En pratique, les déficiences motrices engendrent une gêne ou un empêchement dans les déplacements, la préhension d'objets et parfois la parole.

2.2 L’autisme

L’autisme un trouble neurodéveloppemental complexe qui fait partie des troubles envahissants du développement (TED) et qui dure tout au long de la vie. Il est causé par un dysfonctionnement neurobiologique qui affecte les compétences de communication, les interactions sociales.
Parce que cette pathologie apparaît généralement durant les trois premières années de la vie dans la période fondamentale du développement.
Parce qu’on peut observer des retards ou des anomalies dans toutes les sphères du développement à des degrés variables depuis la toute petite enfance jusqu’à l’âge adulte.
Les symptômes et leur sévérité varient d’un sujet à l’autre comme dans toutes les pathologies et varient également avec l’âge.
Il y autant d’autisme qu’il y a de personnes affectées par cet handicap.

2.3 Le handicap mental

Les causes du handicap mental sont variées : anomalies chromosomiques, maladies génétiques, problèmes neurologiques, accidents de la vie…
Le handicap mental se traduit par une déficience intellectuelle stable, durable et irréversible.
Les personnes ayant un handicap mental présentent, sous des formes variées, une ou plusieurs déficiences dans le fonctionnement de l’intelligence, s’accompagnant le plus souvent de troubles secondaires du langage, de la motricité, des perceptions sensorielles, de la communication, du discernement.
Le handicap mental est plutôt défini par ses manques (affectifs, intellectuels, physiques) quelles qu’en soient les origines.
Le handicap mental a une incidence sur la capacité d’abstraction, de concentration, de coordination, de mémorisation, de repérage dans l’espace et le temps.
Il implique également une difficulté d’adaptation aux exigences culturelles de la société (parmi lesquelles la communication, la santé et la sécurité, les aptitudes scolaires fonctionnelles, les loisirs et le travail).

2.4 Les troubles Dys

La dysphasie est un trouble structurel, sévère et durable de l'apprentissage et du développement du langage oral. Cette pathologie, trop peu connue, est assez fréquente, puisque l'on considère qu'elle touche sous une forme ou une autre au moins 1% de la population. La dysphasie est à distinguer du retard simple de langage.

La dyslexie est un trouble spécifique de l'apprentissage de la lecture, qui se caractérise par une diminution significative des performances en lecture, en orthographe, par rapport à la norme d'âge. Ces difficultés sont durables et ne sont pas un simple retard d'acquisitions.
Les mécanismes fondamentaux du langage écrit sont atteints dans leur structure même, souvent à la fois dans l'expression et dans la compréhension. On retrouvera la dyslexie sur un sujet rééduqué par rapport à la fluidité de lecture qui sera toujours difficile.

Les dyslexiques sont des dysorthographiques en puissance. Un mauvais lecteur sera un mauvais transcripteur, d'autant plus que la transcription est moins facile que la lecture.

La dyscalculie est un trouble sévère et durable des "compétences numériques et des habiletés arithmétiques" (citation de Temple). Elle concerne la construction du nombre, des opérations, et plus largement, la structuration du raisonnement et l'utilisation des outils logiques et mathématiques. Tout comme la dyslexie, la dyscalculie est diagnostiquée chez des enfants d'intelligence normale, ne présentant pas de déficiences sensorielles, ni de lésion cérébrale et vivant dans un environnement social et familial sans difficulté majeure.
Elle peut être, ou non, associée à d'autres déficits cognitifs : difficultés d'orientation dans l'espace, troubles de la motricité, de l'attention....

La dyspraxie est une anomalie de la planification et de l'automatisation des gestes volontaires. C'est un trouble spécifique de l'apprentissage des gestes. La dyspraxie est un trouble de l'acquisition de la coordination du geste (motricité globale ou fine), souvent associé à un trouble du regard ou un trouble de la construction de l'espace en 2 dimensions (feuille, livre), parfois à un trouble bucco-facial (mimiques, langage parlé, déglutition).

La dysgraphie est un trouble persistant du geste graphique retentissant de manière importante sur l'aspect formel de l'écriture qui se caractérise par des formes erronées, de mauvaises attitudes motrices, une trop grande tension corporelle, des caractères en miroir...
La dysgraphie retentit sur la forme des lettres, leurs liaisons, leur tracé et/ou la mise en page.

2.5. Les troubles psychiques

Le handicap psychique a pour origine une maladie, des troubles psychiatriques ou une perturbation de l'équilibre psychologique.
Ce sont des maladies invisibles que l'on refuse de voir. Les troubles psychiques peuvent concerner tout le monde tôt ou tard. Ils peuvent apparaître, se renforcer ou s'atténuer aux différents âges de la vie.
Les personnes ayant un handicap psychique sont atteintes de troubles d'origine psychique (névrose, psychose, manies) ou physiologiques (traumatismes crâniens, prise de drogues...) amputant, limitant ou déformant de façon plus ou moins passagère et à des degrés divers, le contrôle de leur activité mentale, affective ou physique.
Les capacités mentales, cognitives et intellectuelles de ces personnes restent intactes, mais peuvent se trouver perturbées par les symptômes (les manifestations) de ces maladies.

2.6. Le handicap auditif

Il est plus pertinent de parler de troubles de l’audition, soit tout ce qui altère plus ou moins gravement, voire empêche la perception d’un signal sonore et qui en conséquence crée des distorsions dans le traitement de la relation au monde sonore, à la communication et à la vie sociale.

2.7. Le handicap visuel

L’amblyopie est un terme général désignant, après toutes corrections, un degré de vision (acuité visuelle ou champ visuel) très médiocre, inférieur à 4/10.
La nature et le degré des déficiences visuelles sont multiples et les handicaps sont très variables selon l'individu et les conditions environnantes.
Les personnes déficientes visuelles ont souvent des difficultés de latéralisation et de repérage dans l'espace, de perception de l'espace et du mouvement à divers degrés.
Leur appréhension de l'information est séquentielle, du fait de leur vision non globale, et souvent partielle au premier abord.
Il existe des situations très diverses (personnes aveugles de naissance, personnes aveugles tardives ou avec un reste de perception visuelle).

3. Les différents interlocuteurs

3.1 Le référent handicap

Le référent Handicap pour la France est Flavien Guidici – flavien@physicalcoaching.com.

Son rôle est de :

- Favoriser le repérage des personnes en situation de handicap dès l’accueil dans le centre de formation ;

- Veiller à une égalité de traitement lors des phases de recrutement (de sélection/de positionnement) mais aussi tout au long de la formation, permettant un égal accès au droit à la formation pour les personnes en situation de handicap ;

- Être force de proposition pour le développement de l’accessibilité pédagogique des formations dispensées, en repérant les problématiques et axes de progrès ;

- Avoir la capacité de mobiliser les dispositifs d’appui pour la mise en place de la compensation du handicap en formation autant que nécessaire ;

- Anticiper la fin de formation en garantissant la transmission aux partenaires des données utiles à l’intégration en emploi de la personne handicapée.

3.2 Les autres ressources externes

En cours de développement...

Recevoir notre newsletter

Choisissez votre langue